Paris-Alexandrie #16 : Walid Mattar

Walid-Mattar

Sarah Melloul reçoit Walid Mattar. Né dans la banlieue de Tunis, Walid Mattar quitte la Tunisie jeune pour le Nord de la France. Le cinéma dans les tripes, il réalise plusieurs court-métrages avec notamment Condamnation et Baba Noël, avant de réaliser son premier long-métrage intitulé Vent du Nord, écrit avec Claude Le Pape et Leyla Bouzid.

D’une rive à une autre, il ne semble n’y avoir qu’une seule et même mer et pourtant. Et pourtant, Hervé vit dans le Nord de la France et Fouad dans la banlieue de Tunis.
Ce qui les unit ? La fermeture d’une usine en France pour être relocalisée en Tunisie. Alors qu’Hervé perd son travail, Fouad se retrouve à occuper le même poste, sur la même machine, mais cette fois en Tunisie.

Les destins des deux hommes, leurs rêves et leurs désillusions se croisent, et se répondent. En toile de fond, on découvre la côte d’opale et la côté méditerranéenne qui semblent parfois se confondre, mais également une palette de bleus infinis : du bleu ciel, au bleu marin, du bleu gris au bleu de travail. Tenue réglementaire dans le gris de l’usine. A l’horizon pour Hervé et Foued, il y a l’amour de la pêche, ou l’amour tout court, mais bien souvent, la dureté de la vie rappelle les personnages à leurs réalités. Tout en délicatesse et nuances, Walid Mattar nous immerge dans ces trajectoires de vies avec Vent du Nord, à retrouver dans les salles le 28 mars.

La chronique Lettres d’Eva Tapiero

Wahed, qui signifie UN en arabe, est un « magazine mensuel d’information générale qui veut rapprocher l’actualité arabe et européenne en mettant en relation les problématiques, les actualités comme les langues, à travers leurs perspectives culturelles, parfois leurs différences. » Vaste programme. Rêvons ensemble d’un avenir où la France embrasserait son passé et son futur pour tisser un présent extra-révolutionnaire et extraordinaire.

Plus d’informations sur le site de Wahed et sur la page facebook du magazine.

La chronique Histoire de voir de Juliette Bouveresse

Pour cette première Histoire de voir, entrons dans l’univers onirique de la peintre algérienne Baya (Fatima Haddad), avec une gouache de 1947 conservée au Musée de Villeneuve d’Ascq. Titre attribué : Femme, papillon, cheval-oiseau (vers 1947)

Gouache, crayon graphite sur papier marouflé sur carton, 65 x 98 cm, Donation de L’Aracine en 1999 Inv. : 999.68.4 © Othmane Mahieddine Crédit photographique : BERNARD Philip

Baya (Fatima Haddad) Femme, papillon, cheval-oiseau vers 1947

Actualités

Concert - Sofiane Saidi et Mazalda

5 avril 2018 au festival banlieues bleues

Expositions

Al Musiqa à la Philarmonie de Paris du 6 avril au 19 août 2018 ; Baghdad, mon amour à l'Institut des cultures d'Islam, Paris, du 29 mars au 29 juillet 2018

Playlist

Equipe

Production, Ecriture & Animation : Sarah Melloul

Chroniques : Eva Tapiero et Juliette Bouveresse

Réalisation technique :   Adel Ittel, Sarah Melloul