Interview : Nidhal Jaoua de Jazz Oil

1385663_606656092733226_1976284325_n

Il y a quelques semaines, ONORIENT vous parlait du concert exceptionnel de Jazz Oil à la Maison de Tunisie à Paris à l’occasion des Maghreb Jazz Days. Aujourd’hui, Nidhal Jaoua, membre fondateur du groupe tunisien et inconditionnel du Qanun, nous en dit plus sur la création du groupe, sa musique ainsi que la détention de son cofondateur, Slim Abida, par les autorités tunisiennes.

Pourquoi avoir choisi l’appellation Jazz Oil ?

Nidhal Jaoua : Nous avons voulu refléter l’image de notre musique qui représente la fusion entre plusieurs styles, principalement le jazz et la musique tunisienne. Mais on y trouve aussi du funk, du groove, du latino, de la musique orientale, etc. Le jazz reste toutefois le thème principal de notre recherche musicale. Quant à « oil », il signifie « huile » en anglais, mais ce qu’on entend, c’est le pétrole, cette matière première importante et nécessaire dans le monde d’aujourd’hui, celle qui réunit le monde. Finalement, « Jazz Oil », c’est la musique du monde basée sur le jazz.

Comment Jazz Oil a-t-il vu le jour ?

N.J : Jazz Oil a été créé le 26 Juillet 2008 par le bassiste compositeur Slim Abida, qui l’a pensé comme un projet de musique instrumentale basé sur la basse. En Janvier 2009, j’ai rejoint le groupe suite à une demande de Slim, et depuis ce jour, nous avons commencé à composer des morceaux ensemble en dirigeant la musique vers un dialogue entre plusieurs instruments mais principalement la basse et le Qanun. Depuis, Jazz Oil a tracé sa route en se basant sur ce duo d’instruments, ce qui est rare dans le monde de la musique.

Justement, l’alliance entre ces deux instruments est-elle une manière de concilier un style traditionnel avec un autre plus moderne ?

N.J :  Slim Abida a utilisé la basse non seulement comme un instrument d’accompagnement mais aussi comme un instrument soliste et mélodique, inspiré du bassiste Jaco Pastorius. Quant à moi, après avoir fait des études et obtenu un diplôme de musique arabe et de l’instrument, j’ai commencé à m’intéresser à la musique du monde. La clé pour cela était le jazz. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de l’étudier en Tunisie et en Belgique. J’ai ensuite commencé à composer des morceaux mélangeant jazz et musique tunisienne. Au même moment, j’ai eu la proposition de Slim qui collait parfaitement avec mon projet individuel. C’est ainsi que notre aventure artistique à débuté.

Vos morceaux sont une alliance extraordinaire entre orient et occident, pensez-vous que le jazz arabe a sa place sur la scène internationale ?

N.J :  Quand on a commencé cette fusion entre la basse et le Qanun, nous n’avons pas tout de suite pensé à l’alliance entre occident et orient. Nous avons plutôt cherché l’ouverture et la liberté dans notre jeu, à sortir du commun et à essayer de créer quelque chose de nouveau, essayer de créer notre identité, mais à partir de ce qui existe à l’extérieur. Si le jazz arabe est encore rare pour l’instant, il a pas mal de bons échos sur la scène internationale.

Slim Abida est aujourd’hui emprisonné, pouvez-vous nous en dire plus ?

N.J : Slim Abida, qui est le premier fondateur de Jazz Oil, travaillait sur la musique d’un film documentaire qui parlait de la Tunisie après la révolution ainsi que de la misère des Tunisiens, de la corruption et qui vise un peu le gouvernement actuel. Toute l’équipe a été arrêtée un soir à 4h du matin chez le cinéaste Nejib Abidi. Ils ont été soumis à des analyses sanguines afin de prouver une « consommation » de stupéfiants. Le procès est en cours et l’idée est de les garder le plus longtemps possible derrière les barreaux pour ralentir la sortie du film. C’est une détention arbitraire visant à limiter la liberté d’expression.

Je souhaite recevoir

les articles ONORIENT par e-mail !

Vous voyez, c'était rapide ! On vous envoie un e-mail bientôt !

2 commentaires

Laisser un commentaire