Jazz au Chellah : Oum et les autres

L’ouverture du Jazz au Chellah est toujours un moment particulier. Et cette année plus encore. Ceux qui ont eu la bonne idée d’acheter leurs tickets à l’avance ont pu en témoigner, avec une file des retardataires qui s’étendait sur plus de cent mètres pour acheter leur ticket.

Personnalités, ministres, ambassadeurs, tout le gratin de la capitale était présent pour assister à l’ouverture d’un festival dont la réputation n’est plus à faire et où la qualité de la musique est toujours au rendez-vous.

Pourtant le groupe d’ouverture, les suédois du Naoko Sakata Trio, nous laisse sur notre faim. Le trio, composé d’une pianiste, d’un contrebassiste, et d’un batteur, joue une musique parfaite. Trop parfaite. Des compositions froides et expérimentales, très difficilement accessibles, trop difficiles à aimer. L’atmosphère créée par le groupe, et l’avis fut partagé par l’ensemble des spectateurs autour de moi, était sombre, oppressante, voire angoissante. On ne se sentait plus dans un festival de jazz mais dans un film d’épouvante.

Heureusement que la transition fut assurée par le groupe français déjanté qu’est Papanosh. Du jazz endiablé, innovant, et résolument jeune. Et si on laisse de coté la blague de goût douteux qui a accompagnée la première chanson, intitulée Chameau, un « hommage » à leur premier concert en terre d’Afrique, force est de constater que le public a été conquis par la chaleur dégagée par le groupe, au charisme d’un saxophoniste déjanté et déluré.

Et cela n’annonçait que le meilleur en vue de la rencontre avec Oum, la diva marocaine à la voix de cristal, qui les a rejoint plus tard pour une rencontre musicale extraordinaire entre ces différents artistes, durant laquelle Oum entame ses plus beaux succès sur un accompagnement jazzy qui a réussi à intégrer des rythmes orientaux, avec notamment un contrebassiste dont on a pu percevoir, avec une oreille attentive, les influences du Gembri. En somme, une belle soirée musicale sublimée par un public nombreux et un cadre magnifique dans les ruines du Chellah.

Je souhaite recevoir

les articles ONORIENT par e-mail !

Vous voyez, c'était rapide ! On vous envoie un e-mail bientôt !

Laisser un commentaire