Akher Zapheer, les jordaniens résolument Rock ‘n Roll

Un son rock, des paroles arabes, un hymne à la liberté empreint de mélancolie et une touche de subversion ; telle est la recette d’Akher Zapheer.

Depuis quelques années, le monde arabe connait l’émergence d’une réelle mouvance alternative.  Musicalement, cette renaissance s’habille souvent de contours rock n’ roll tout en gardant un cœur oriental qui tourbillonne entre les percussions et les cymbalettes.

De Mashrou’ Leila à Autostrad en passant par Jadal ou Hoba Hoba Spirit, tous ces groupes musicaux nés durant les vingt dernière années incarnent une relève musicale réflétant l’identité plurielle d’une nouvelle génération d’artistes. Nourris aux références musicales occidentales et orientales, ces groupes se plaisent à se les réapproprier et à les fusionner. Le style qui en découle est décalé et impertinent et il s’éloigne volontairement des refrains pop arabes trop entendus.

Avec leur premier album au titre évocateur « Converse Culture » (اعكس ثقافة), le groupe jordanien formé en 2007 par le chanteur Basem Sayej, le guitariste Salim Dalal , le bassiste Yazan Risheq et le batteur Kayeb Quinbi incarne justement cet éclectisme musical plein de vivacité.

 

 

Tantôt subversives ; comme dans « Feekee », une chanson qui, derrière ses apparences romantiques, caricature le jeu social théâtralisé entre les figures conformistes de l’homme-désir et de la femme-objet;  tantôt mélancoliques, comme dans « Akherto Lahen 7azin »  , ode à l’ évasion hors du temps et de l’espace au détour des difficiles choix de vie ; les paroles d’Akher Zapheer reflètent les préoccupations d’une jeunesse qui se cherche.

 

 

La voix lancinante de Basem Sayej, mêlée au souffle punk et grunge qui les distingue des autres groupes arabes, nous plongent dans des morceaux qui sonnent comme une version orientale de Nirvana ou de Radiohead .
Cela étonne peu lorsqu’on sait que le groupe puise son inspiration chez Kurt Cobain, Muse, Placebo, Pearl Jam, Tool ou encore Deftones.

Le groupe Akher Zapheer porte d’ailleurs bien son nom, il capture le "dernier souffle" d’une bataille livrée au mainstream, aux normes sociales et aux  étiquettes identitaires.

Vous l’aurez compris, les Akher Zapheer sont résolument Rock ‘n Roll,  découvez les sans plus attendre!

 

Je souhaite recevoir

les articles ONORIENT par e-mail !

Vous voyez, c'était rapide ! On vous envoie un e-mail bientôt !

Laisser un commentaire